Origine du nom

DONNERY tire son nom d’un domaine (ou villa) gallo-romain Domniciacus provenant du nom d’homme latin Domnicius formé sur le surnom Dominicus.
Au XIVe siècle, Donnesiaco a donné Donnesy. Il faut attendre le XVIIe siècle pour que s’impose la forme Donnery sans doute due à une fausse régression.

 

Evolution selon les époques

Antiquitédonnery_histoire_biface

Compte-tenu des nombreuses découvertes de haches en pierre taillée et polie, très tôt de nombreux historiens ont affirmé que la région de Donnery a été occupée depuis les temps paléolithiques et néolithiques.

Époque gallo-romaine et franque

Dans le bourg ont été mis au jour en 1978, les restes d’une villa gallo-romaine confirmant l’origine du nom de la commune.
La période mérovingienne qui suit, est également riche en trouvailles. D’autres domaines (ou villas) se sont constitués. Le suffixe « ville » est caractéristique de cette période : « Bonville », « Ronville ».Les mêmes fouilles autour de l’église ont permis de mettre au jour des sarcophages de pierre d’un ancien cimetière. Ils renfermaient des ossements humains, des armes, des bijoux et une plaque-boucle déposés au musée historique et archéologique de l’Orléanais à Orléans.

 

Époque médiévale

Ce cimetière mérovingien perdure jusqu’à l’époque médiévale, au sud de l’église. Il est connu sous le nom de cimetière de Saint-Hilaire en raison de la présence d’une chapelle de ce nom proche de l’église. Des traces de cette chapelle sont encore visibles malgré les transformations entreprises au début du XIXe siècle pour rendre ce lieu habitable. Entre temps le cimetière s’était réduit à un petit cimetière au chevet de l’église pour y enterrer seulement les enfants en bas-âge. La chapelle a servi ensuite d’auditoire de justice pour les seigneurs d’Allonne. Ceux-ci y ont placé une pierre représentant leurs armoiries : elle est toujours visible sur la maison d’habitation

La population du village devait être importante puisqu’il existait un second cimetière au quartier de Montréal (hameau le plus important après le bourg). C’est le cimetière actuel de la commune.

Deux constructions remontent au Moyen Age :

  • l’église (XIIIesiècle) et
  • le château d’Allonne (XVe siècle).

Il existe d’autres traces de cette période. Ce sont les mottes féodales : buttes fortifiées entourées de fossés. Certaines sont encore visibles (les Barreaux, la Motte-Melleraye, la Motte Saint-Vrain et peut-être la Motte d’Estivée à la Darquerie).

 

Zoom sur des sujets historiques

La seigneurie de Donnery 

Au moyen-âge, la seigneurie de Donnery possède le blason suivant : « D’argent au deux chevrons d’azur. ». Les deux chevrons d’azur pourraient représenter les deux cours d’eau qui baignaient la seigneurie au Moyen-âge : Le Cens et l’Oussance.donnery_blason

Plus tard ,le blason est paré d’une couronne crénelée, symbole de la ville ancienne à l’abri de ses remparts, qui affirme aussi son indépendance.
Le Château fort est le Symbole de la protection et du refuge.
Et d’un Cep de vigne de sinople fruité de gueules : couronne de feuilles portant des grappes de raisin rouges.
La vigne et le vin sont symboles d’intempérance et d’excès, mais aussi de réjouissance et de liesse.

 

Le canal d’Orléans

canal-ecluse-pont-2012-1-copierA la fin du XVIIème siècle est percé le canal d’Orléans empruntant la vallée de l’Oussance et réduisant ainsi la rivière à un rôle de trop plein, et à l’inactivité les deux moulins à eau de Rohard et du moulin d’Avaux.
Le canal permettant la liaison Loire-Seine jouait un rôle important pour le ravitaillement de la capitale en grains et en vins.
Le port de Donnery  créé en 1776 embarquait en particulier des vins de la région d’Orléans, des matériaux de construction et du bois de la forêt.

 

Les personnages notoires

  • Pierre Alexis Joseph Ferdinand de Ponson, dit le vicomte Ponson du Terrail (1829-1871)  donnery_histoire_ponson-du-terrail
    Ecrivain populaire au XIXe siècle et l’un des maîtres du roman-feuilleton. Il est célèbre pour son personnage Rocambole.
    Il séjourna à Donnery dans sa propriété des « Charmettes » de 1861 à sa mort; il écrivit plusieurs romans comme « Mon Village », ayant pour cadre Donnery, qu’il désigne sous le nom de « Saint-Donat »,

 

  • Adrienne Bolland (1895 – 1975)donnery_histoire_adrienne bolland
    Cette grande résistante1939-1945, inhumée à Donnery, fut aussi la seconde aviatrice à traverser la manche, et la première à vaincre la Cordillère des Andes le 1er avril 1921.

 

Partager cette page sur :